Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Abonnez-vous pour être averti des nouveaux articles publiés.

Vers une future vague de relocalisations?

Publié le par DRosseels

Une étude du cabinet Boston Consulting Group (BCG) n’a pas reçu beaucoup d’écho de la part des médias. Pourtant, une bonne nouvelle économique est assez rare en ces temps de crise !

Le cabinet BCG prévoit une “relocalisation” de 3 millions d’emplois de Chine vers les Etats-Unis d’ici à 2020. Différents facteurs majeurs expliqueraient ce mouvement de relocalisations :

  • Une Chine de moins en moins attractive en terme de productivité suite à la politique de la demande mise en place par le gouvernement chinois provoquant une hausse du coût horaire des ouvriers chinois.

  • Des coûts de transport en augmentation constante suite notamment à des hausses du prix du pétrole.

  • Des prix de l’énergie assez faibles aux Etats-Unis suite notamment à une exploitation intensive des gaz de schiste.

D’autres facteurs freineraient le mouvement de délocalisations vers la Chine :

  • Des risques juridiques, sociaux et administratifs liés à un environnement chinois toujours instable.

  • Les coûts de l’immobilier industriel en Chine en forte augmentation ces dernières années.

  • Des droits de douane existant toujours pour les productions localisées en Chine.

  • Une politique monétaire risquant d’évoluer avec une possible réévaluation future du Yuan.

  • De fréquents problèmes de supply chain, de délais et de qualité au sein des usines chinoises.

  • Une image du « made in China » pas gage de qualité contrairement au « made in USA » permettant d’augmenter le volume des ventes à prix égal.

Il en résulterait non pas une relocalisation massive vers les Etats-Unis mais plutôt un rééquilibrage des balances commerciales des Etats-Unis et de la Chine. Le déficit commercial américain vis-à-vis de la Chine se réduirait ainsi de 360 milliards de dollars en 2010 à 260 milliards à la fin de la décennie d’après le cabinet BCG.

Les entreprises industrielles ne se tourneraient plus vers d’autres pays en voie de développement ayant des niveaux de productivité et d’infrastructure inférieurs à la Chine. L’Europe n’attirerait pas non plus ces entreprises car disposant d’un Euro fort, d’un prix de l’énergie élevé et d’une main- d’œuvre peu flexible. Il serait donc urgent pour l'Europe de se réformer afin d'également profiter de ce mouvement de relocalisations!

Vers une future vague de relocalisations?

Commenter cet article