Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Abonnez-vous pour être averti des nouveaux articles publiés.

Détruisons pour progresser !

Publié le par DRosseels

La vie d’un produit n’est pas linéaire mais connait successivement les étapes suivantes au sein d’un cycle (‘cycle de vie du produit’):

  • Une phase de développement
  • Une phase de lancement
  • Une phase de croissance
  • Une phase de maturité
  • Une phase de déclin

La longueur de chacune de ces phases dépend du type de produit et du secteur / marché au sein duquel il évolue. Un produit pharmaceutique pourra ainsi avoir un cycle de vie infiniment plus long qu’un produit informatique. La totalité des produits est néanmoins vouée à disparaitre à la fin de leur phase de déclin. La rentabilité d’une entreprise est assurée en alternant le développement de différents produits afin de faire correspondre la phase de déclin de certains de ses produits à la phase de croissance d’autres de ses produits.

La théorie de la ‘destruction créatrice’, pensée par l'économiste Joseph Schumpeter, est liée à ce concept de cycle de vie du produit. Selon ce concept, les produits les moins compétitifs / innovants sont voués à disparaitre et à être remplacés par des produits plus compétitifs / innovants. L’innovation est alors considérée comme un moteur essentiel de la croissance à long-terme. L’innovation peut d’ailleurs être présente sous différentes formes, tant au niveau de la technologie des produits (i.e. les appareils photos Polaroid, les cassettes vidéo VHS ou les téléphones mobiles Nokia remplacés par des technologies plus avancées), de la gestion des stocks, du marketing ou de la gestion des ressources humaines (i.e. les librairies traditionnelles remplacées par le distributeur Amazon) par exemple.

L’octroi de subsides / aides diverses vient perturber le cycle de vie des produits et la théorie de la ‘destruction créatrice’. Ces subsides permettent de prolonger de manière artificielle la phase de maturité de certains produits et de retarder leur phase de déclin. Les deux conséquences les plus importantes d'un point de vue économique sont les suivantes :

  • Les sociétés bénéficiant desdits subsides / aides diverses ne sont pas incitées à innover ou du moins à le faire rapidement. Le prolongement de la phase de maturité de leurs produits leur assure une marge confortable qui se maintiendra tant que les subsides / aides diverses seront octroyés.
  • Les sociétés proposant des nouveaux produits plus compétitifs / innovants ne peuvent imposer lesdits produits sur le marché car elles sont désavantagées par rapport aux sociétés bénéficient des subsides / aides diverses.

Par conséquent, l’octroi de subsides / aides diverses permet d’éviter des licenciements à court terme mais ne privilégie ni l’innovation, ni la croissance et l’emploi sur le long terme. Les politiciens, ayant des mandats assez courts, auront malheureusement toujours tendance à privilégier des solutions sur le court terme au préjudice de l’intérêt général. Le secteur de l’acier et du verre en Belgique en sont les meilleurs exemples !

Détruisons pour progresser !

Commenter cet article

Melvyn 11/03/2015 14:54

Ta conclusion cerne magnifiquement le gros défaut des sociétés dites démocratiques. Le fait d’allouer des mandats trop courts n’encourage pas les figurants gouvernementaux à encourager un changement intemporel et efficace. C’est d’ailleurs pour cela que toutes les erreurs économiques ne font que se répéter, comme tu l’illustres si bien dans ton article sur l’économie cyclique.