Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Abonnez-vous pour être averti des nouveaux articles publiés.

Il est injuste de faire porter le fardeau aux plus petits…

Publié le par DRosseels

Il aurait été cohérent de s’adapter à l’évolution de l'économie en diminuant les taxes / augmentant les subsides en période de crise tout en faisant l’opposé en période de croissance. En ce sens la règle d’or est un non-sens économique (cfr. article précédemment écrit sur ce blog). Or non seulement cette logique n’est pas respectée, mais les gouvernements augmentent généralement le poids du fardeau fiscal en période de marasme économique sans en mesurer pleinement les conséquences.

Une entreprise est une coquille juridique dont les bénéfices sont répartis entre les détenteurs du capital (les actionnaires) et les salariés. En augmentant l’imposition des entreprises, ce sont les actionnaires et les salariés qui sont ainsi taxés in fine. Mais le poids fiscal reposera d’autant plus sur les épaules des salariés si le pays est petit, ouvert sur l’économie mondiale et intégré au système financier!

En effet, les actionnaires prennent leurs décisions afin d’optimiser leurs retours sur investissements. En décidant d’augmenter son impôt sur les sociétés, un pays diminuera le retour sur investissements desdits actionnaires. Plus le pays est petit, ouvert sur l’économie mondiale et intégré au système financier, plus les actionnaires seront sensibles à une hausse de la taxation sur les entreprises et pourront faire sortir les capitaux du pays. Le pays en question sera alors soumis à une fuite des capitaux existants tandis que les nouveaux capitaux se feront bien plus rares…

La productivité de la main d’œuvre détermine son niveau de salaire. Or, selon la théorie économique, la productivité est déterminée par une combinaison de capitaux et de main d’œuvre. Une diminution drastique des capitaux diminuera ainsi fortement la productivité des employés et de ce fait, son niveau de salaire…

L’Irlande est un petit pays exportateur et très intégré au monde financier par le biais de l’Europe. A l’heure où l’Europe tente de lui imposer, sous couvert d’abus de concurrence et de rigueur, une augmentation de la taxation de ses entreprises, cette logique économique est d’actualité. Les employés irlandais risquent de porter le poids de cette hausse d’impôt, ajoutant ainsi de la rigueur à la rigueur. Mais ce raisonnement pourrait aussi s’appliquer à la Belgique qui est également un petit pays à l’échelle européenne…

 Il est injuste de faire porter le fardeau aux plus petits…

Commenter cet article